Contributions

La bombe Abdoulaye

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je n’ai point fondé une confrérie (TARÎQA), j’ai plutôt trouvé la voie qu’avait scrupuleusement suivie le Prophète et ses compagnons entièrement flétrie, je l’ai défrichée le plus proprement, je l’ai également rénovée dans toute son originalité et lancé l’ appel suivant : Tout pèlerin qui désire partir peut venir voici la voie réhabilitée : cette voie est celle du pacte d’allégeance »

 Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul.

 Abdoulaye Wade dans son désir fou de garder le pouvoir est entrain de semer les germes de la discorde nationale avec ses discours aux relents de sectarisme religieux.

Comme une bombe à retardement le vieux de Kebemer ne cesse de nous pousser vers un abime sans retour si l’on n’y prend garde et détruire tous nos acquis démocratiques et notre concorde nationale.

Le Sénégal fait parti de l’un des rares pays africains qui ne connait pas ou n’a connu à un moment de son histoire des tensions internes nées des différences religieuses ou sociales.

La cohésion sociale et l’harmonie religieuse datant de très longtemps est une particularité du tissu social sénégalais, ou musulmans, chrétiens vivent dans une symbiose quasi parfaite et entretiennent des relations si étroites que dans une même famille on compte des individus avec des confessions religieuses ou appartenance confrériques différentes.

Cette particularité sénégalaise a fait que dans un pays à majorité musulmane, le premier président à détenir les rennes du pays fut un chrétien et que les épouses des présidents respectifs du Sénégal depuis l’indépendance ont été de confession chrétienne.

C’est à cette stabilité et cohésion socio- religieuse qu’Abdoulaye Wade est entrain de s’attaquer à des fins purement personnels et politiques en instaurant le favoritisme religieux à travers l’appareil d’état.

Le Sénégal est un état laïc ou le principe de séparation dans l’État de la société civile et de la société religieuse doit être observé et où l’Etat doit adopter une attitude neutre vis-à-vis des différentes religions.

Abdoulaye Wade a le droit de se prétendre de n’importe quelle confession, n’importe qu’elle confrérie mais en enlevant son chapeau de fidele et disciple mouride et en mettant son chapeau de président de la république de tous les sénégalais il a le devoir de réserve et de neutralité  que son statut de président d’un état laïc  lui dicte.

En allant a la cité bénie de Touba et en prononçant un discours devant les cameras du monde entier ou il a affiche sa préférence confrérique et en mettant la cité bénie de Touba aux dessus de toutes les autres cités religieuses, Abdoulaye Wade n’admet –il pas qu’il a violé le devoir de neutralité de l’institution qu’il incarne ?

Encore faudra t’il répéter que dans un cadre purement privé et en tant que disciple mouride rendant visite à son guide  spirituel  et non président de la république de tous les sénégalais cela aurait pu  accepter. Cependant l’on ne peut ignorer la volonté manifeste d’Abdoulaye Wade de se parer de son habit de disciple mouride en utilisant les moyens de l’état pour bénéficier du soutien tres puissant de l’électorat mouride.

Abdoulaye Wade a échoué la ou ses prédécesseurs ont réussi de faire la séparation entre l’état et le pouvoir religieux dans la gestion du pays. Les présidents Senghor et Diouf en vrais hommes d’état ont su avoir cette attitude neutre et balancée envers les différentes religions et confréries du Sénégal et préserver notre pays des démons du tribalisme et sectarisme religieux bien qu’entretenant des relations très étroites et privilégiées avec tous les courants religieux.

Dans le monde parallèle du premier des bleus tout est permis pour arriver a ses fins, se dédire, corrompre, intimider, emprisonner peu importe les coups les plus bas du moment où on parvient à ses fins. L’On se souvient que pour ériger sa statue païenne qui a coute des milliards aux pauvres contribuables sénégalais, Abdoulaye Wade a eu à insulter nos frères chrétiens sénégalais dans leur foi plongeant le pays dans l’émoi.

Le vieillard de Kebemer récidive à quelques encablures des échéances électorales et essaye tant bien que mal de lancer une opération de charme vers l’électorat mouride pour bénéficier de leur voix et brandit son appartenance à la famille de Khadim Rassoul.

Ce serait peine perdu que de croire que quelques milliards balancés par la, un jour férié octroyé pour le magal de Touba par ici et quelques paroles bien assaisonnées  vont faire l’affaire, en effet l’électorat mouride n’est pas dupe et sait qu’un vieillard qui se dédit devant une nation entière et le reconnait n’est pas un bon mouride et ne saurait inspirer confiance ou mériter leur vote.

Il appartient à tout sénégalais patriote de dire non à l’utilisation de la religion pour des fins politiques et de s’ériger en bouclier à ces pratiques immorales et dangereuses de division qui pourraient faire sombrer notre beau pays dans un bourbier inextricable si l’on n’arrête et ne désamorce pas cette bombe en retardement qui s’appelle : Abdoulaye Wade.

« En vérité Dieu ne change l’état d’un peuple que si ce peuple change en lui-même »

 

Publie en 2011

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*