Actualités, Afrique

Le piège de la dette

 

 

 

 

 

 

 

7356 milliards de FCFA un montant astronomique tel est la somme colossale qui a été allouée au gouvernement du Sénégal pour compléter le financement du son Plan d’actions prioritaires (PAP).

D’aucuns ont déjà commencé à tresser des lauriers a Macky Sall et à son équipe gouvernementale pour cette manne financière, mais une question cruciale doit être posée : quel sera le prix a payer et pourquoi ce prêt a été alloue a l’Etat du Sénégal a quelques encablures des élections présidentielles de 2019?

Ce qu’il faudrait comprendre à priori est que la banque mondiale, la FMI ne sont pas des organisations charitables et que la dette allouée aux états africains est remboursable avec un taux d’intérêt et certaines conditions imposées pour l’octroi de la dette.

La dette maintient les pays pauvres comme le Sénégal dans un cycle infernal de dépendance à l’aide extérieure et livre les pays endettés pieds et poings liés aux organisations bancaires telles que la BM et la FMI qui sont dirigées par les pays occidentaux et donner ainsi à ces derniers un pouvoir de décision sur les affaires intérieures des pays endettés et sur leurs programmes économiques.

La banque mondiale est très intéressée par les pays riches en ressources naturelles ou elle peut contrôler ces ressources naturelles ainsi que les marchés. Les récentes découvertes de pétrole et de gaz au large des cotes sénégalaises saurait expliquer cet intérêt soudain et cette bonté financière à coups de milliards qui va plonger notre pays dans un cercle vicieux de dépendance et d’exploitation dont on ne sortira jamais.

Comment les organisations internationales financières fonctionnent et comment appauvrissent-elles davantage les pays pauvres et les maintiennent assujetties aux puissances occidentales qui dirigent ces organisations financières?

Prenons le cas du Ghana, au nord de ce pays existait une communauté d’agriculteurs très riche qui recevait des subventions de la part du gouvernement Ghanéen, cette communauté d’agriculteurs était capable de produire suffisamment de riz pour subvenir au besoin du pays et pourrait même en exporter avec l’aide de l’Etat.

L’arme financière des puissances occidentales intervint alors et imposa au gouvernement ghanéen d’arrêter de subventionner cette communauté agricole au Nord du Ghana afin de bénéficier d’une aide financière.La raison ? La Banque mondiale voulait que le Ghana arrête de produire du riz et d’en importer des Etats Unis un grand partenaire de la banque mondiale.De nos jours le Ghana importe de grandes quantités de riz à des prix exorbitants pour s’être soumis à la banque mondiale et s’est considérablement endettée à celle ci.

Le clou de l’histoire est que le Ghana utilise cette dette octroyée par la banque mondiale pour importer du riz et subvenir aux besoin de sa population alors que la communauté agricole au Nord du Ghana s’appauvrit, le riche fermier américain se frotte les mains et l’économie de l’Oncle Sam s’en porte mieux.

Le résultat  final ? Même si la dette ghanéenne a été payé, l’Etat ghanéen est obligé d’emprunter plus d’argent pour importer du riz et subvenir au besoin alimentaire de sa population.La communauté agricole au nord du Ghana aupavarant riche dépossédée de son unique gagne pain sombre dans la pauvreté absolue poussant les jeunes a emogrer vers des cieux plus cléments.

Le meme schéma d’operation est utilisée à travers toute l’Afrique et au niveau de tous les pays pauvres , l’accaparation et le controle des resources naturelles des pays pauvres en contrepartie d’une dette que ces pays ne pourront jamais payer les maintenant dans un cycle vicieux de dépendance economique.

Avec cette nouvelle manne financiere octroyée au Sénégal après la découverte de pétrole et de gaz au large de nos cotes , ne soyons pas surpris que demain certaines de nos entreprises privées qui font notre fierté soient fermées au profit des entreprises etrangeres.

Sur le plan politique l’aide financière internationale est un coup de poignard à la democratie dans les pays pauvres comme le Sénégal, puisque maintenant des regimes qui seraient destitués sans cet afflux d’argent qui les maintient au pouvoir.

La banque mondiale et les organisations financières internationaux ne prêtent pas aux populations locales mais plutôt aux gouvernements en place qui utilisent cette manne financière pour battre campagne, acheter les conscience et se maintenir au pouvoir au lieu de construire des hôpitaux ou la population pourrait se soigner, des écoles et universités ou nos jeunes seront formes, construire et rénover nos prisons ou les détenus vivent dans des condition inhumaines.

Les pays pauvres ont besoin de reformes morale et politiques mais pas de dollars ou d’euros, car cette aide extérieure est la cause de leur pauvreté.Il est très difficile de ne pas décortiquer cette nouvelle manne financière octroyée au gouvernement de Macky Sall par la banque mondiale et la France à quelques encablures des élections présidentielles comme un signal que l’occident a déjà choisi son camp de maintenir le régime actuel en place et qu’une rude bataille pour le fauteuil présidentiel s’annonce.

Seule une Independence totale de la France en première des lobbies étrangères et des organisations internationales financières pourraient mettre le Sénégal et l’Afrique en général sur les rails du développement, autrement on sera toujours des esclaves et seule une certaine Elite vivra dans l’opulence.

La couleur est déjà annoncée au Sénégal avec le débit internet qui a été réduit pour maintenir la population qui aspire au changement dans l’ignorance et arrêter une certaine vague de changement qui souffle sur le Sénégal.

 

« En vérité Dieu ne change l’état d’un peuple que si ce peuple change en lui même »

 

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*